Feb 28, 2013

La crise énergétique et sécuritaire confirme les graves lacunes managériales du « Renouveau »

Par Abanda Kpama et Ghonda Nounga 

Une situation récurrente

Les graves détériorations de la fourniture de l’énergie électrique qui se produisent depuis trois mois sur l’ensemble du territoire kamerunais rappellent l’époque où AES-SIROCCO, le repreneur de SONEL, après avoir annoncé les lendemains qui chantent, a plongé le Kamerun dans le noir. Nous étions en 2003. L’on se rappelle que le MANIDEM organisa à Douala et à Bafoussam une série de manifestations contre les « délestages » qui furent violemment réprimées par la police et la gendarmerie. Dix ans après, la situation s’est davantage détériorée. Le chef de l’Etat, a, depuis, annoncé la résolution de ce problème qui empoisonne la vie des Kamerunais et hypothèque le développement du pays. Mais plus il parle et plus les faits le font mentir. Malgré un potentiel hydroélectrique estimé à 55000 MW ! (mégawatts), le Kamerun peine à produire 1200 MW ! En 2003, dans une contribution parue dans le Messager, Abanda Kpama signalait qu’en 2002, le Kamerun n’avait pu produire que 800 MW alors qu’à l’époque, la demande était estimée à 1200 MW ! Dix ans après, AES-SONEL produit 1100 MW au mieux, la demande se situe, d’après les propres estimations cachées de AES-SONEL à 1500 MW ! Sur dix ans, le gap est resté le même : 400 MW. Il s’agit donc d’un déficit structurel, qui ne prend d’ailleurs pas en compte les besoins exprimés de potentiels investisseurs. Nous ne prendrons que l’exemple d’Alucam dont les projets d’extension à Edéa et Kribi sont momentanément enterrés à cause du déficit en hydroélectricité.

Dans un tout autre secteur, la Sécurité, la dégradation de la situation est telle que les Kamerunais ont perdu toute confiance à l’Etat, censé pourtant les protéger. Partout fleurissent des sociétés de sécurité privées et des milices de sécurité. Un pan important de l’activité régalienne de l’Etat a été privatisée, avec la complicité des hauts commis de l’Etat. Comme pour la crise énergétique, la situation actuelle n’est pas nouvelle. C’est en 2000, au mois de janvier qu’un boucher français installé à Douala et dénommé Nourry est assassiné. Les enquêtes policières, comme d’habitude, ne donnent aucun résultat. Prenant acte de ce que les ressortissants occidentaux installés à Douala et leurs familles subissent de nombreuses agressions physiques et matérielles, le chef de l’Etat va, dès février, décréter l’état d’exception dans la ville de Douala et créer « le Commandement Opérationnel », unité d’élite composée de policiers, de gendarmes et surtout de militaires à qui il confie les pleins pouvoirs pour ramener l’ordre à Douala. La brutalité de Commandement Opérationnel est telle que magistrats et églises s’inquiètent. L’Eglise Catholique parlera plus tard de 1000 jeunes tués sans jugement par le Commandement Opérationnel. Une fois encore, c’est le MANIDEM qui va organiser la résistance contre les exactions du C.O. L’affaire qui pousse le MANIDEM dans la rue restera célèbre comme « l’affaire des 9 de Bépanda ». Nous sommes en avril 2001. Douze ans après, ce n’est plus seulement Douala, mais tout le Kamerun qui en insécurité, y compris Yaoundé où se trouve pourtant concentrés plus du tiers des effectifs des forces de l’ordre et de défense. La palme de l’insécurité revient toutefois aux Régions de l’Extrême-Nord et du Nord. Nos compatriotes y subissent la loi des bandes armées venues du Centrafrique, du Tchad et du Nigéria. Vols de bétails, braquages, viols, assassinats sont le lot quotidien des populations des zones frontalières. On a même assisté à l’enlèvement de sous-préfets, à l’attaque des brigades de gendarmerie sans que les « hautes autorités » de Yaoundé ne lèvent le petit doigt. Le fait que l’insécurité se soit durablement installée dans notre pays, malgré les recrutements annuels dans les forces de l’ordre et de défense, malgré les budgets colossaux consacrés à la Police, à l’Armée et aux Services de Sécurité, ce fait montre le caractère structurel de l’insécurité dans notre pays.

Comment comprendre ce paradoxe

Aussi bien la crise énergétique que la crise sécuritaire traduisent avant tout l’absence de politiques patriotiques dans ces secteurs ; ils expriment ensuite le délitement de l’Etat et de son Administration.

Pour l’énergie électrique par exemple, dès 1990, les dirigeants de la défunte SONEL ont informé les autorités en charge des problèmes énergétiques sur la nécessité d’investir massivement dans les barrages hydroélectriques afin d’assurer la couverture du pays en électricité. Message reçu mais non pris en compte, d’autant plus que M. BIYA, 2 ans auparavant, avait avoué, aux yeux du monde entier, la grave crise de l’endettement et des finances publiques ; conséquence de ce qui précède, M. BIYA confia la gestion de l’économie kamerunaise au FMI et à la Banque Mondiale. On sait aujourd’hui que ce fut une grave erreur. Mais là n’est pas notre propos. La question qu’on peut légitimement se poser aujourd’hui c’est pourquoi le « Renouveau » n’a pas mis à profit les 20 ans d’ajustements structurels pour élaborer une politique crédible de sortie de la crise énergétique. Sous la pression du FMI, M. Jean-Marie NGANKOU, au nom du Gouvernement kamerunais, privatisa, que dis-je, brada la SONEL. La convention entre l’Etat du Kamerun et le repreneur AES-SIROCCO resta longtemps secrète. Malgré l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE en 2006, le « Renouveau » fut incapable de formuler une politique de production énergétique compatible avec les ambitions légitimes des populations kamerunaises et des investisseurs nationaux et étrangers. Penser l’avenir d’un pays, dans un secteur aussi stratégique que la production et la fourniture de l’énergie électrique nécessite de la part des gouvernants, une claire vision des enjeux, une réelle liberté de manœuvre, laquelle ne peut provenir que de la légitimité populaire et enfin une solide volonté politique. Ce qui s’est passé au milieu des années 90 et au début des années 2000 avec le bradage des sociétés publiques (SONEL, SNEC, ONCPB, SOSUCAM, SODECOTON, SOCAPALM, REGIFERCAM, PARC A CONTAINERS DU PAD, CAMSHIP etc.) montre simplement que les gouvernants, en cédant aux diktats du FMI et de la Banque Mondiale, ont manqué de lucidité, de courage et de patriotisme. Une fois débarrassé de la chape de plomb de la dette, les finances publiques ayant par ailleurs été assainies, le Gouvernement kamerunais aurait dû programmer trois priorités : la construction des infrastructures énergétiques, portuaires et ferroviaires. La deuxième priorité devait être la construction des infrastructures de formations de techniciens supérieurs et cadres techniques moyens : lycées techniques et lycées agricoles, centres de formations professionnelles (BAC+2) industrielles et agricoles, écoles normales de formateurs scientifiques et techniques. La troisième priorité devait être l’encadrement et le soutien aux PME kamerunaises à vocation industrielle et agricole. Mises en place en 2007 et mises en route en 2008, ces trois priorités auraient permis dès 2012, 2013, et 2014 de commencer à résorber le déficit énergétique, de promouvoir l’agriculture de 2ème génération et d’offrir des perspectives aux investisseurs nationaux et étrangers dans les secteurs industriels et agro-industriels. Tout ceci avec des implications positives pour la jeunesse kamerunaise en termes d’emplois. Nous avons perdu cinq années à balbutier et à tergiverser. Nous n’en sommes aujourd’hui qu’aux poses des premières pierres pour des infrastructures dont les travaux s’étalent sur 5,6 voir 7 ans. Or, faut-il le rappeler, le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE), mis au point par le Ministère de l’Economie, du Plan et de l’Aménagement du Territoire en 2009, indique que 2020 est l’année où la phase de construction des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et énergétiques doit être terminée afin que 2021 marque le démarrage de la phase d’industrialisation. 2013 s’égrène et en dehors du projet d’extension de la SONARA dont le financement est bouclé, aucun autre projet dit « structurant » n’a pu obtenir les financements nécessaires pour sa mise en route définitive. Le problème d’ailleurs devient politique puisque des investisseurs étrangers (institutions ou entreprises) posent désormais la question de la stabilité et de la crédibilité de l’Etat du Kamerun. Sont indexés : le climat des affaires (le Kamerun pointe à la 161è place sur 173 pays évalués), la corruption qui gangrène l’Administration, la Justice et la Société kamerunaise en général, l’insécurité galopante confirmée d’ailleurs par la dernière actualité sur l’enlèvement des touristes français dans l’Extrême-Nord du pays.

Comme on peut donc le constater, la crise énergétique traduit bel et bien une lacune managériale structurelle des gouvernants kamerunais. On ne dirait pas autre chose de la crise sécuritaire. La question se pose sous le double aspect de la sécurité intérieure et extérieure. Le Kamerun ne peut évidemment pas être tenu pour responsable de l’insécurité qui règne dans les pays voisins. Les rébellions et autres bandes armées qui écument les frontières kamerunaises sont la réponse bonne ou mauvaise que les citoyens de ces pays donnent au déni de démocratie, de justice sociale et de bien-être dans ces pays. Pour pouvoir interpeller les gouvernants des Etats voisins, il faudrait que le Kamerun lui-même soit un bon exemple de démocratie et de justice sociale au moins. Mais est-ce le cas ? La situation dans notre pays risque de créer une complicité passive entre les populations kamerunaises écœurées et dés abusées et les bandes armées venues des pays voisins et dont les actes criminels déstabilisent petit à petit notre pays et salissent son image. La solution se trouve donc d’abord dans la gouvernance interne. Démocratie, justice sociale et bonne gouvernance sont le gage de l’adhésion des populations à une politique sécuritaire populaire, c’est-à-dire qui implique la contribution active des populations notamment au niveau du renseignement.

S’agissant de la sécurité intérieure, la situation fortement dégradée sur presque toute l’étendue du territoire national et les dysfonctionnements et lacunes qu’on observe dans les institutions en charge de ces problèmes, tiennent essentiellement à la philosophie sécuritaire du régime du « Renouveau ». Tout semble fait pour que les forces de l’ordre et de défense soient avant tout affectées à la défense des hautes personnalités de l’Etat, des chancelleries étrangères et des institutions multilatérales présentes au Kamerun. Pour le peuple kamerunais, c’est le bâton, le gaz lacrymogène, le « mamiwater », bref la répression. Nos populations n’ont jamais connu qu’une armée de répression et c’est peu dire qu’elles n’attendent rien ou presque des forces de l’ordre et de défense. Celles qui règlent la circulation dans nos principales villes font plutôt bien leur travail. Celles qui doivent traquer les malfrats se plaignent du manque de moyens à elles alloués et du déficit de formation scientifique. Si, malgré les nombreux recrutements dans l’armée, la gendarmerie et la police, l’insécurité grandit dans notre pays, c’est que la réponse adéquate n’est pas le nombre de personnels mais plutôt la qualité de ceux-ci et la philosophie sécuritaire. Rien ne peut réussir sans le concours et le soutien des populations. Celles-ci, pour se sentir en confiance, doivent voir et comprendre en quoi les moyens qui sont mis à la disposition des forces de l’ordre et de défense servent concrètement les intérêts des populations.

2 comments:

  1. Domtcheu Christian3/4/13, 12:57 PM

    Malgré les quelques désagréments dus bien sûr aux travaux d’aménagement et construction, le Cameroun peu à peu montre un nouveau visage promis par le président à savoir celui d’un Cameroun qui sera économiquement et énergétiquement à même de répondre aux multiples besoins des camerounais il faut tout simplement savoir être patient.

    ReplyDelete
  2. Hi
    tres bon article mais les auteurs pechent dans le sens qu`ils n`offrent pas les solutions,en plus de cela ils oublient de parler des energies renouvelables, enfin je suis sur surpris qu`ils ne font pas allusion entre la souverainete et le controle de l`energie.

    un salut particulier a Ghonda
    Elparino

    ReplyDelete

Sous la rubrique “Select Profile”, cliquez sur “Name/URL”. Insérer votre nom, puis tapez votre message. Cliquez ensuite sur “POST COMMENT” pour envoyer votre commentaire.